Mon expérience très enrichissante à HONKO : éducation et recherche socio-économique, par Marion

Après un peu plus d’un mois passé à l’ONG Honko, j’aimerais ici partager mon enthousiaste quant à mon expérience ici.

Tout d’abord, j’ai eu la chance de donner de nombreux cours de français aux enfants et aux adultes du village d’Ambondrolava. J’ai été agréablement surprise pas la volonté de mes élèves, petits ou grands, pour apprendre le français. Les cours se sont toujours fait dans la bonne humeur et dans un enthousiasme certain. Les élèves manquent cependant de matériel ce qui rend l’apprentissage peu aisé. Cahiers, crayons, livres, cartes seraient les bienvenus pour faciliter l’enseignement. Ce manque de matériel s’explique par le manque de moyens des parents.

D’ailleurs, j’aimerais souligner qu’à Ambondrolava, le niveau des professeurs est assez limité malgré leur bonne volonté, ces derniers n’étant que volontaires et non fonctionnaires. On comprend dès lors l’enjeu que constitue l’éducation à Madagascar, où seules les familles les plus aisées semblent avoir la possibilité d’assurer une bonne éducation à leurs enfants au sein d’écoles privées payantes.

Dans ce cadre, l’ONG Honko a mis en œuvre une ingénieuse initiative en proposant tous les samedis après-midi une éducation à l’environnement et un apprentissage des bases du français à une petite équipe de jeunes d’Ambotsibotsike et d’Ambondrolava : les juniors guides. Ainsi, l’ONG assure notamment la transmission de savoirs sur l’environnement -tout particulièrement sur les mangroves- aux générations futures et donc la pérennisation des actions actuellement effectuées au niveau des mangroves.

En dehors de cet aspect éducatif -qui m’apparait aujourd’hui comme primordial-, j’ai, par l’intermédiaire de ma recherche, pu appréhender un peu mieux les aspects socio-économiques du village d’Ambondrolava.  J’ai pu, pour l’instant, mesurer la pauvreté dans laquelle les villageois vivent, même si ces derniers sont nombreux à souligner l’évolution que Honko a pu apporter au village. En effet, les villageois -qui vivent au jour le jour de la vente de produits de la pêche, de l’agriculture ou encore de la coupe de roseaux avec moins de 1 euros par jour en moyenne- me font souvent remarquer que l’ONG a permis la création d’emplois à Ambondrolava en embauchant du personnel de façon permanente ou temporaire. Puis, des initiatives comme les journées de plantation ou encore l’association des femmes et la vannerie permettent d’augmenter de façon ponctuelle le revenu de certains villageois. L’ensemble de ces alternatives économiques à la coupe de bois de mangroves ou à la fabrication de charbon apparaissent donc comme ingénieuses et répondent à une véritable demande de la part de la communauté. En partant d’un tel constat, on ne peut donc qu’espérer une bonne santé de l’ONG pour qu’elle puisse développer encore plus d’alternatives économiques, telles que l’élevage ou encore des alternatives agricoles adaptées à la sécheresse.

Cet aspect socio-économique étant souligné, notons également que la sensibilisation à l’importance des mangroves semble réussie puisque les villageois interrogés ont bien conscience de l’importance des mangroves et ont tous notifié une évolution très positive de l’état des mangroves. D’ailleurs, rappelons que plus de 50% des mangroves dégradées ont été replantées par l’ONG Honko et ses partenaires depuis 2008, chiffre qui témoigne amplement du travail fourni par l’ONG. Les réserves temporaires de pêche sont, quant à elles, appréciées par les villageois puisque de plus gros poissons peuvent être pêchés à l’ouverture des réserves et les revenus peuvent ainsi être multipliés jusque par 10 lors de cette période.

 

 

Bref, en ce qui me concerne, mon expérience à Honko est vraiment enrichissante et me conforte dans mes ambitions futures. Le fait de pouvoir mieux appréhender la pauvreté tout en étant confronté à des problématiques liées à l’environnement est absolument passionnant. C’est ainsi que j’ai pu comprendre mieux encore que la protection de l’environnement ne peut pas se faire sans développement d’alternatives économiques pour les communautés, une gestion commune et locale des ressources naturelles et la démocratisation de l’éducation.

Je tiens, pour finir, à remercier Ainhoa, manager actuelle de Honko, pour son courage, sa ténacité et surtout son investissement dans l’ONG Honko. Nos échanges sur son expérience à Honko fut extrêmement riche et me permettent d’appréhender un peu mieux la complexité de la gestion d’une ONG.

 

Advertisements
Posted in Uncategorized | Leave a comment

Fishing and fun under the Madagascan sun, by Kate

I’ve come here to Honko to look at fish populations in relation to the health of mangroves and also to assess the effectiveness of the reserves. I go out most days with one of the fishermen. What I learnt pretty quickly is that Malagasy people do not have the same sense of urgency or time keeping as I do. Saying we will go at 10, means we probably will leave closer to 11.

The walk to the mangrove channel is always good and the dogs from Honko often accompany us. Once there, the fishermen set up their net up and walk up the channel to catch the fish. Sometimes we walk up the channel with the fishermen, and occasionally I sit in the pirogue and paddle around taking in the views until its time to count the fish. The fish get separated into their species and then we measure them and put them into a size category (0.2.5cm, 2.6-5cm, 5.1-7.5cm and 7.6+cm). As it is currently winter, I never really catch a huge number of fish. They are often quite small and very rarely more than 10cm long. A lot of the fish look very similar so it is handy to have a local fisherman who can identify them with ease.

As mangroves are often used as nurseries for reef fish, you can spot the juveniles of species found on the coral reefs, such as lionfish, butterfly fish and barracudas! This highlights the importance of the mangroves here in supporting the fisheries on the coral reefs, as well as providing food for the locals.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Poste Vacant – Gestionnaire de Programme

 

Date de publication : 1er juillet 2016
Secteur :
 Développement durable
Lieu :
Ambondrolava, Sud-ouest de Madagascar
Durée :
 12 mois, renouvelable
Date du début : Le plut tôt possible, au plus tard début août 2016

A propos de Honko

Fondée en 2008, Honko Mangrove Conservation & Education est une ONG belge qui travaille dans le sud-ouest de Madagascar, une des régions les plus pauvres du monde. L’objectif de Honko est de travailler en partenariat avec les communautés locales pour promouvoir la conservation de la mangrove et d’améliorer la résilience et la qualité de vie communautaire par la promotion de moyens d’existence alternatifs.

Pour poursuivre sa mission, Honko a une série de projets y compris le renforcement des capacités locales, la pisciculture, l’apiculture, la plantation de bois de chauffage alternatif, l’écotourisme, une association de femmes artisanale et l’éducation environnementale.

En outre, le programme de volontariat de Honko attire des volontaires internationaux et nationaux séjournant jusqu’à trois mois pour apporter une aide aux projets de recherche sur l’écologie et le développement communautaire.

Pour en savoir plus sur les projets de Honko, vous pouvez nous trouver en ligne à http://www.honko.org, sur Facebook (facebook.com/honkomangrove) et sur notre blog (honkomangrove.wordpress.com).

Poste de Gestionnaire de Programme

Honko cherche un/une Gestionnaire de Programme pour aider à coordonner plusieurs projets en cours, superviser le personnel local, aider à la gestion des volontaires, et à l’occasion, superviser les études des étudiants locaux et internationaux. Vous travaillerez à côté du chef de programme sur place et vous rapportez au directeur hors site. Le poste est basé sur le site-même, dans le village d’Ambondrolava, à 12 km au nord de Tuléar, dans le sud-ouest de Madagascar.

Responsabilités

  •  Supervision et la gestion quotidienne des projets et du personnel de Honko
  •  Travailler avec le chef du programme pour planifier et gérer les projets et s’assurer que toutes les activités mises en œuvre se trouvent dans le cadre de la mission de Honko.
  • Superviser les volontaires et les étudiants (locaux et internationaux) qui effectuent des recherches à Honko, y compris la création des études viables et cohérents à court terme
  • Assurer la liaison avec les partenaires de Honko et superviser les activités menées en collaboration avec des partenaires, y compris mais non limité à Reef Doctor, Bel Avenir, Blue Ventures, et à proximité de l’institut de recherche marine, IH.SM
  • Représenter l’ONG auprès de la communauté locale, des partenaires, des universités, des responsables gouvernementaux, et des agences de voyage.
  • Assister les efforts de promotion pour le site écotouristique de Honko, le maintien des partenariats actuels avec les hôtels de la région et les agences de voyage (à Madagascar et à l’étranger)
  • Coordonner et aider à la recherche de financements et à la diffusion des activités sur les médias sociaux

Profil recherché :

Qualifications requises

  • Baccalauréat en biologie, biologie marine, foresterie, gestion du patrimoine naturel et des paysages littoraux, études environnementales, agronomie, coopération au développement ou discipline similaire
  • Expérience de gestion du projet et financière dans le domaine du développement communautaire, le développement durable, ou la conservation
  • Expérience en recherche de financements et en rédaction de rapports financiers
  • Expérience de travail dans un contexte multiculturel ou international, en particulier dans le domaine de la conservation ou dans un pays en développement
  • Expérience de recherche sur le terrain : sur les forêts, l’écologie marine et/ou des eaux douces, en particulier la supervision des projets d’étudiants
  • Maîtrise du français et de l’anglais
  • Au moins une année dans un poste semblable.

Connaisances informatiques

  • Word, Excel, Power Point, Outlook, Publisher (Required)
  • Adobe Photoshop, InDesign (Desired)
  • GIS, ArcGIS, MapSource, BaseCamp (Desired)

Qualifications souhaitées

  • Masters dans l’un des sujets énumérés ci-dessus (ou apparentées)
  • Expérience de la recherche avec les écosystèmes de mangrove/zones humides, la diversité des oiseaux, la diversité et/ou comportement de crabe
  • Volonté d’apprendre malgache

Attributs souhaités

  • Adaptabilité et diplomatie pour vivre et travailler dans une zone rurale
  • Excellentes compétences de la communication écrite et verbale
  • Capacité à travailler de façon autonome, goût pour la prise d’initiative

Durée du contrat
12 mois. Avec possibilité d’extension.

Salaire et avantages sociaux

  • Nourri/logé (y compris le transport local; exclu : vols, visas, assurance) et allocation supplémentaire de €150/mois
  • Vol allocation de €600 à la fin du contrat de 12 mois
  • Hébergement à la lisière de la mangrove
  • Une position stimulante, avec de nombreux challenges à relever, avec le soutien d’une petite équipe locale dédiée, et une expérience enrichissante dans un environnement fascinant
  • Possibilité d’acquérir une expérience de gestion de projet précieuse dans un contexte international
  • Opportunités de collaborer et de se mettre en réseau avec d’autres ONG de conservation et des professionnels de la région sud-ouest Madagascar

Documents à envoyer

Envoyez votre CV et lettre de motivation à manager@honko.org jusqu’au 15 Juillet 2016 en anglais ou français avec pour objet : Program Manager Position.

Nous contacterons seulement les candidats présélectionnés.

After (2015)

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Job Opening – Program Manager – ASAP

Date of Publication: 1 July 2016
Sector: Sustainable Development, Community Development, Ecotourism
Location: Ambondrolava, SW Madagascar
Duration: 12 months, extendable : As soon as possible, no later than 1st August 2016

Context
Founded in 2008, Honko Mangrove Conservation & Education is a Belgian NGO that works in southwest Madagascar. Honko’s goal is to work in partnership with local communities to promote mangrove conservation and improve community resilience and quality of life through the promotion of alternative livelihoods.
A range of projects help Honko pursue its mission including local capacity building, fish farming, apiculture, ecotourism, women’s association activities and environmental education. Furthermore, Honko’s year-round volunteer program attracts international and national volunteers staying for up to 3 months assisting with mangrove ecology research and community development projects.
To learn more about Honko’s projects, find us online at http://www.honko.org, and on Facebook (facebook.com/honkomangrove).

Program Manager Position
Honko is looking for a Program Manager to coordinate Honko’s multiple ongoing projects, supervise Honko’s 8 local staff, assist with volunteer management, and on occasion supervise visiting local and international students’ research. The position is based at Honko’s centre in the village of Ambondrolava, 12km north of the regional capital Toliara in SW Madagascar.

Responsibilities
• Supervision and daily management of Honko’s projects and staff.
• Work with the NGO Director (on the distance) to plan and manage projects and ensure that all implemented activities fall within the framework of Honko’s mission.
• Supervise volunteers and students (local and international) conducting research at Honko, including creation of viable and cohesive short-term studies to study abroad students
• Maintain liaison with Honko’s partners and supervise activities carried out in collaboration with such partners, including but not limited to WWF, Blue Ventures, ReefDoctor, Bel Avenir, University of Tulear, marine research institute IH.SM, etc.
• Co-ordinate with and assist Honko’s off-site volunteer staff on fundraising and social media activities

Required Qualifications
• Bachelor’s degree in biology, marine biology, forestry, natural heritage and coastal landscapes management, environmental studies, agronomy, development cooperation, or related subject.
• Project and financial management experience in community development, sustainable development, or conservation.
• Experience in fund raising and financial reporting.
• Experience working in a multi-cultural or international setting, especially in the field of conservation or in a developing country.
• Proficiency in English and French.
• At least one year experience in a similar position.

Computer Skills
• Word, Excel, Power Point, Outlook, Publisher (Required)
• Adobe Photoshop, InDesign (Desired)
• GIS, ArcGIS, MapSource, BaseCamp (Desired)

Desired Qualifications
• Master’s degree in one of the subjects listed above (or related).
• Research experience with mangrove/wetland ecosystems, bird diversity, crab behaviour/diversity, and/or fisheries.
• Willingness to learn Malagasy language basics.

Desired Attributes
• Adaptability and diplomacy for living and working in a rural area.
• Excellent written and verbal communication skills in English and French.
• Ability to work independently and think on your feet.

Contract Period
12 months. With the possibility of extension.

Salary and Benefits
• All food and accommodation costs covered (includes local transportation; excludes flights, visas, insurance) and additional stipend of 150 euro/month.
• 600 euro flight allowance upon completion of 12 month contract.
• Accommodation at the edge of the mangroves.
• A challenging position focusing on actual themes, support from a small dedicated local team, and an enriching experience in a fascinating environment.
• Opportunity to gain valuable project management experience in an international setting. • Chances to collaborate and network with other conservation NGOs and professionals in SW region.

Application
Send your CV and cover letter to manager@honko.org by 15 July 2016 in English or French, with the subject: Program Manager Position.

We will only contact shortlisted candidates

After (2015)

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Mon séjour à Honko, by Camille

La mangrove d’Ambondrolava, située au sud-ouest de Madagascar, est un écosystème très particulier. En effet, deux types de forêts de mangrove existent à Madagascar, les mangroves estuariennes et les mangroves littorales. La mangrove d’Ambondrolava appartient à ce second type, possédant des apports d’eaux douces faibles issues de la résurgence d’eaux souterraines. Cela donne une particularité très spécifique à cet écosystème peu commun.

            Lors de mon stage à Honko, je me suis intéressé à la répartition des populations de poissons et des espèces de palétuviers dans la mangrove. Immédiatement, j’ai été étonné par la richesse faunistique incroyable et abondante de cet écosystème. En effet, sept espèces de palétuviers occupent la mangrove selon leur tolérance vis à vis de la salinité, ainsi que plus d’une 50aine d’espèces de poissons pour plus de 30 familles différentes. De nombreux crabes et périophtalmes peuplent également le pied des palétuviers et se servent des branches aériennes des rhizophores ainsi que des sols vaseux comme habitat.

            A propos des poissons, uniquement des espèces marines peuplent le canal du fait de l’absence d’apport d’eau douce terrestre, tel qu’une rivière ou un fleuve. De plus, les forêts de mangroves servent de nurserie pour les poissons juvéniles, qui migreront plus tard vers les récifs coralliens et herbiers marins. En effet, tous les poissons capturés étaient généralement de taille faible inférieure à 10cm, les individus adultes se retrouvant dans le lagon de la baie de Ranobe en aval. Toutefois, les pratiques de pêches des communautés locales attestent quant à elles d’une pression importante sur l’ichtyofaune de la mangrove. Effectivement, l’utilisation de filets à moustiquaire d’une maille de 2 mm et la capture des individus non commercialisables (inférieurs à 5cm) pour la consommation représentent des menaces pour le futur des populations de poissons ainsi que pour les populations locales qui vont souffrir tôt ou tard d’un manque de poisson dans la mangrove. La mise en place de différentes réserves sont un point positif car plus de poissons y sont capturés lors de leur ouverture 3 mois dans l’année. Cependant, afin de régénérer les stocks de poissons de manière plus importante il serait bien d’envisager la mise en place d’une réserve permanente suivi d’un changement des pratiques de pêches.

            Toutefois, la mangrove d’Ambondrolava est en bonne santé avec une forêt se densifiant de plus en plus grâce à la présence de l’ONG Honko et du VOI Mamelo Honko qui oeuvrent pour la replantation massive de palétuviers et la surveillance de cet écosystème. La sensibilisation des populations locales est également un des points forts de l’ONG Honko qui effectue un travail remarquable avec les habitants du village d’Ambondrolava, ce qui est indispensable pour une gestion durable de la mangrove et de ses ressources.

This slideshow requires JavaScript.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Mon séjour à Honko, by Camille

La mangrove d’Ambondrolava, située au sud-ouest de Madagascar, est un écosystème très particulier. En effet, deux types de forêts de mangrove existent à Madagascar, les mangroves estuariennes et les mangroves littorales. La mangrove d’Ambondrolava appartient à ce second type, possédant des apports d’eaux douces faibles issues de la résurgence d’eaux souterraines. Cela donne une particularité très spécifique à cet écosystème peu commun.

            Lors de mon stage à Honko, je me suis intéressé à la répartition des populations de poissons et des espèces de palétuviers dans la mangrove. Immédiatement, j’ai été étonné par la richesse faunistique incroyable et abondante de cet écosystème. En effet, sept espèces de palétuviers occupent la mangrove selon leur tolérance vis à vis de la salinité, ainsi que plus d’une 50aine d’espèces de poissons pour plus de 30 familles différentes. De nombreux crabes et périophtalmes peuplent également le pied des palétuviers et se servent des branches aériennes des rhizophores ainsi que des sols vaseux comme habitat.

            A propos des poissons, uniquement des espèces marines peuplent le canal du fait de l’absence d’apport d’eau douce terrestre, tel qu’une rivière ou un fleuve. De plus, les forêts de mangroves servent de nurserie pour les poissons juvéniles, qui migreront plus tard vers les récifs coralliens et herbiers marins. En effet, tous les poissons capturés étaient généralement de taille faible inférieure à 10cm, les individus adultes se retrouvant dans le lagon de la baie de Ranobe en aval. Toutefois, les pratiques de pêches des communautés locales attestent quant à elles d’une pression importante sur l’ichtyofaune de la mangrove. Effectivement, l’utilisation de filets à moustiquaire d’une maille de 2 mm et la capture des individus non commercialisables (inférieurs à 5cm) pour la consommation représentent des menaces pour le futur des populations de poissons ainsi que pour les populations locales qui vont souffrir tôt ou tard d’un manque de poisson dans la mangrove. La mise en place de différentes réserves sont un point positif car plus de poissons y sont capturés lors de leur ouverture 3 mois dans l’année. Cependant, afin de régénérer les stocks de poissons de manière plus importante il serait bien d’envisager la mise en place d’une réserve permanente suivi d’un changement des pratiques de pêches.

            Toutefois, la mangrove d’Ambondrolava est en bonne santé avec une forêt se densifiant de plus en plus grâce à la présence de l’ONG Honko et du VOI Mamelo Honko qui oeuvrent pour la replantation massive de palétuviers et la surveillance de cet écosystème. La sensibilisation des populations locales est également un des points forts de l’ONG Honko qui effectue un travail remarquable avec les habitants du village d’Ambondrolava, ce qui est indispensable pour une gestion durable de la mangrove et de ses ressources.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Geckos and Octopus trees and Outhouses, oh my!, by Amelia

I had wanted to visit Madagascar for two reasons: the first was a biology professor who inspired my interest when he said, “If you want to see the animals and plants that exist only in Madagascar, you have to go now before they disappear forever.” The second was that I was craving seeing a world that was the complete opposite of mine. So I traded a summer of hiking through glacier-capped mountains and swimming in freezing cold lakes in northern Canada for walks in the dry spiny forest and swimming in the warm mangrove-lined river channels of southwestern Madagascar.

While geographically opposite, I did very similar work here at Honko as I did back in Canada.  Since I have experience working in a National Park, it was decided that the best way I could help at Honko was to work on their ecotourism offer, one of the many projects that Honko maintains in conjunction with the local community. Specifically, I worked with the two local guides to transcribe and improve upon the tours they offer, helped increase local advertising, and reviewed past years’ visitor statistics. Honko is expanding their offer for visitors by soon offering lodging and food, which will give visitors even better access to this amazing corner of Madagascar. It was fun and rewarding work in a beautiful setting.

My first thought when I arrived and went on a mangrove tour was that I was really impressed at the level of service offered by the guides and facilities here. For a small organization with just two guides, the tours are educational and fun, and really showcase the unique landscape. All of the volunteers are really well versed in the projects that Honko is working on, and the visitors that I had the chance to interact with seemed equally impressed with their visit.

I was also impressed with how much the area reminded me of home. How could a small cluster of buildings in the middle of sand dunes, cactuses, octopus trees, and mangroves feel like home?! But somehow it did. I had been looking to spend some time off the beaten path, and was craving the small-town vibe that I know and love. I found that instantly at Honko, a small, tight-knit NGO situated one kilometer down the road from the small (less than 100 people) community of Ambondrolava. I welcomed the torch-lit walk to the outhouse, the cup-and-bucket showers and the spotty cell phone coverage.

 

Life at Honko started to truly feel like an adventure when I swept gecko poop out of my bedroom (surprisingly a welcome activity, because geckos eat mosquitos!), ogled the large spiders, hissing cockroaches and praying mantises, and successfully rescued my cellphone when it fell into the outhouse. Each day brought a new sight, smell, and lesson – Madagascar gave me much more than I expected to receive.

 I am thankful that I decided to spend more than one week’s vacation on this beautiful island that my professor spoke so highly (and urgently) of.  Living and working somewhere like Honko allowed me to experience more of Madagascar than the typical tourist, but what I found during my time here surprised me: with a goal heading off in search of something so different from home, I realized that even the farthest, most unique corner of the world can become exactly that – home.

 

Posted in Uncategorized | Leave a comment