Mon séjour à Honko, by Camille

La mangrove d’Ambondrolava, située au sud-ouest de Madagascar, est un écosystème très particulier. En effet, deux types de forêts de mangrove existent à Madagascar, les mangroves estuariennes et les mangroves littorales. La mangrove d’Ambondrolava appartient à ce second type, possédant des apports d’eaux douces faibles issues de la résurgence d’eaux souterraines. Cela donne une particularité très spécifique à cet écosystème peu commun.

            Lors de mon stage à Honko, je me suis intéressé à la répartition des populations de poissons et des espèces de palétuviers dans la mangrove. Immédiatement, j’ai été étonné par la richesse faunistique incroyable et abondante de cet écosystème. En effet, sept espèces de palétuviers occupent la mangrove selon leur tolérance vis à vis de la salinité, ainsi que plus d’une 50aine d’espèces de poissons pour plus de 30 familles différentes. De nombreux crabes et périophtalmes peuplent également le pied des palétuviers et se servent des branches aériennes des rhizophores ainsi que des sols vaseux comme habitat.

            A propos des poissons, uniquement des espèces marines peuplent le canal du fait de l’absence d’apport d’eau douce terrestre, tel qu’une rivière ou un fleuve. De plus, les forêts de mangroves servent de nurserie pour les poissons juvéniles, qui migreront plus tard vers les récifs coralliens et herbiers marins. En effet, tous les poissons capturés étaient généralement de taille faible inférieure à 10cm, les individus adultes se retrouvant dans le lagon de la baie de Ranobe en aval. Toutefois, les pratiques de pêches des communautés locales attestent quant à elles d’une pression importante sur l’ichtyofaune de la mangrove. Effectivement, l’utilisation de filets à moustiquaire d’une maille de 2 mm et la capture des individus non commercialisables (inférieurs à 5cm) pour la consommation représentent des menaces pour le futur des populations de poissons ainsi que pour les populations locales qui vont souffrir tôt ou tard d’un manque de poisson dans la mangrove. La mise en place de différentes réserves sont un point positif car plus de poissons y sont capturés lors de leur ouverture 3 mois dans l’année. Cependant, afin de régénérer les stocks de poissons de manière plus importante il serait bien d’envisager la mise en place d’une réserve permanente suivi d’un changement des pratiques de pêches.

            Toutefois, la mangrove d’Ambondrolava est en bonne santé avec une forêt se densifiant de plus en plus grâce à la présence de l’ONG Honko et du VOI Mamelo Honko qui oeuvrent pour la replantation massive de palétuviers et la surveillance de cet écosystème. La sensibilisation des populations locales est également un des points forts de l’ONG Honko qui effectue un travail remarquable avec les habitants du village d’Ambondrolava, ce qui est indispensable pour une gestion durable de la mangrove et de ses ressources.

This slideshow requires JavaScript.

Advertisements
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s