Premiers pas à Madagascar ! By Laetitia

Après un vol de 10 heures de Paris à St-Denis puis 1h30 pour atteindre Antananarivo, aussi appelé Tana, je foule enfin le sol malgache, et là c’est l’immersion directe, peut-être un peu trop au premier abord…

En effet, je sors de l’avion et c’est déjà la panique.  Il y a quelques bousculades pour passer les contrôles de sécurité. Certains documents à remplir ne m’ont pas été donnés, je les remplis donc comme je peux dans la précipitation puis je demande la direction du hall des correspondances et là des malgaches m’escortent, me portent mon sac, et m’apprennent la grande nouvelle : il n’y a plus aucun vol jusqu’à nouvel ordre ! Air Madagascar est en grève, comme c’est souvent le cas, et j’apprends que cela fait 2 semaines que ça dure…

J’essaye de reprendre mes esprits, et me mets en quête d’une carte SIM pour pouvoir contacter Nina, la tenir au courant et trouver une solution car je suis encore bien loin d’Honko… Toujours escortée par mon aide malgache, nous nous mettons en direction d’une banque, d’un stand Orange, et du guichet d’informations d’Air Madagascar. Bondé, car tout le monde souhaitait des informations, mon tour arrive et l’hôtesse m’annonce qu’il ne peuvent rien faire pour moi, qu’ils ne savent pas du tout quand est-ce que tout reviendra à la normale et que je dois donc me débrouiller par moi-même pour me rendre à Tuléar…  A la fin de ces quelques péripéties mon ange gardien malgache souhaitait de l’argent en retour, n’ayant encore aucune notion de la valeur de la monnaie je lui tends environ 1000 ariarys, mais cela ne lui convient pas du tout, je luis dis que je ne peux pas plus, me mettant en tête que je devrais surement payer mon dîner, une chambre d’hôtel et le taxi pour y aller en sachant que je me ferai arnaquée plus d’une fois… Donc je ne pouvais me permettre des dépenses ! Après l’avoir quitté énervé, je sors de l’aéroport, me séparer un peu de la foule, un peu trop présente et oppressante surtout quand on est blanc comme un vazaha (j’ai vite compris que ce nom m’était attribué !). Je me fais aussitôt alpaguer par 5 ou 6 chauffeurs de taxi, je leur réponds alors que je n’ai besoin de rien, voyant ma détresse et les larmes qui montaient ils m’ont laissée tranquille…

J’appelle ainsi Nina, la coordinatrice de projet. Elle me confirme donc que les grèves durent depuis 2 semaines et qu’on ne sait pas du tout quand est-ce que celles-ci prendront fin. J’ai ainsi 2 possibilités dormir près de l’aéroport ce soir et revenir demain ou prendre un « taxi-brousse » qui me mènerait à Tulear en 20 heures… Je ne réfléchis pas longtemps et lui annonce que je veux partir tout de suite pour les retrouver au plus vite. Nina me conseille alors de prendre un taxi jusqu’à la station, le trajet me couterait 20 000 ariarys et le dernier taxi-brousse part en général vers 15h, il était 14h30 je devais faire vite sinon je me serai mise dans une situation encore plus inconfortable…

Ayant près de 70 000 ariarys sur moi, je me dis que c’est suffisant pour le périple, je saute donc dans un taxi, et il m’apprend que c’est 50 000 jusqu’à la station ! Il est trop tard, je ne veux pas rater le taxi-brousse, en avant pour la station ! J’arrive au milieu des gargottes, ça grouille de monde, d’animaux un peu partout je me demande si je suis arrivée au bon endroit. Deux grosses camionnettes sont encore en train de charger, on m’accoste de toute part, et parmi eux, le responsable du taxi qui me remplit un bon de voyage pour Tuléar. Je suis maintenant rassurée, je sais que je pars ce soir, et serai donc à Honko dans près de 24heures ! Et là j’attends, tandis que je vois défiler des personnages tous plus farfelus les uns que les autres, perdus ou sous l’emprise de substance en tout genre. Mais d’autres posent sur moi leurs regards bienveillants, des clins d’œil complices s’échangent, il est très facile de nouer un contact avec les malgaches ! Et soudain, un malgache débarque et achète la dernière place disponible du taxi-brousse, il s’approche de moi et se présente en parlant un très bon français. Nous faisons connaissance, il s’appelle Wilsor, nous nous lions d’amitié ; j’ai trouvé un super compagnon de voyage ! Nous partons enfin, après 1h30 d’attente, dans un taxi-brousse confortable, musique pas trop agressive et très rapide ; tout le contraire des taxis-brousses habituels ! Wilsor m’explique les choses, les us et coutumes malgaches; il est vraiment à l’écoute et accueillant. Je vois des paysages magnifiques défiler, entre deux siestes et deux bavardages. Diverses pauses sont faites durant le trajet pour des pauses pipi, chargement de colis ou nourriture. Mais concernant la nourriture la plupart du temps nous n’avons même pas besoin de descendre du taxi-brousse car les locaux nous proposent divers gâteaux/snacks aux vitres du véhicule ! Pratique, mais je n’ai plus un sou ! C’est encore Wilsor qui m’a sauvée et offert une soupe bien réconfortante, je l’ai mangé en vitesse de peur que le taxi-brousse ne parte sans moi ! Et nous repartons. Nous arrivons finalement à Tulear, sans encombre, après 19h de trajet, il fallait que j’y arrive assez tôt sinon le reste de l’équipe, déjà sur place, serait déjà repartie. Mais tout se déroule à merveille j’y arrive aux alentours de midi, Nina vient me chercher en pousse-pousse. On a le temps d’aller prendre des pâtes ‘Misao’ chez Zaza, une gargotte très sympa et je goute enfin à la vie paisible malgache au rythme « mura mura » !

En conclusion de cette arrivée, qui me semblait dramatique, il faut retenir une chose, tout est tranquille ici, il faut donc ne jamais être pressé, les choses arriveront quoiqu’il arrive, on ne sait pas quand ni comment, mais en réalité qu’importe !

Advertisements
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s