Journée à Mangily by Arianne

Mangily est un village situé à environ 15 kilomètres au nord de Honko. C’est notamment un endroit reconnu dans la région sud-ouest de Madagascar par la venue d’un grand nombre de touristes. Je décide un samedi matin de partir seule vers ce village avec l’intention d’y visiter quelques attraits. Je marche l’habituel kilomètre séparant Honko du village d’Ambondrolava, achète 3 mokary (nourriture malgache constituée de riz, eau et sucre) en guise de petit-déjeuner et attend patiemment au pied d’un arbre le passage d’un taxi-brousse ou de toute autre voiture. C’est finalement une famille de malgaches qui m’amènent jusqu’à Mangily. Le chauffeur est en fait un apiculteur membre du parc Reniala, l’attrait qui est la raison de ma visite à Mangily. Il me dépose donc à l’entrée du parc, où je suis guidée jusqu’à l’accueil. Au cours de la visite, j’ai la chance de voir quelques lémurs et tortues qui font partis des programmes de conservation du parc. Ayant déjà eu la chance d’observer plusieurs lémurs au Parc National d’Isalo, j’étais plus intéressée par la faune aviaire endémique de cette région et par les formes impressionnantes des divers baobabs, particulièrement lorsqu’ils font 13 mètres de circonférence.

1 2

Au retour à l’accueil, je m’organise un retour en pirogue et réussie à descendre le prix de 40 000 à 25 000 ariary, ce qui est l’équivalent d’environ 10$. Avant de partir sur la pirogue, je m’arrête toutefois aux kiosques de souvenirs sur la plage où encore une fois, je dois marchander pour obtenir un meilleur prix. Heureusement, j’ai eu quelques informations sur la valeur réelle des lambas (tissus artisanaux),ce qui m’a permis de descendre certains prix de 15 000 à 7000 et de 10 000 à 4000 ariary. Satisfaite de mes achats, j’embarque sur la pirogue qui est beaucoup plus grande que ce à quoi je m’imaginais et qui est munie d’une énorme voile. Le trajet d’une durée d’environ 1h30 se passe très bien avec à ma gauche des enfants qui jouent dans l’eau et qui crient : «Bonjour Vazaha!», vazaha étant le nom malgache désignant les étrangers ‘blancs’. Puis, à ma droite, la vue magnifique de la mer, ou du canal du Mozambique, avec des bateaux de pêcheurs au loin et des sternes plongeant dans l’eau pour se nourrir.

3

À mi-chemin, on s’arrête à ma demande au restaurant Jardin de Béravy où je mange du poisson avec une crème de petit pois. On repart ensuite vers Ambotskibotsky où la pirogue frotte au fond de l’eau à cause de la marée basse, les piroguiers sont donc forcés de pousser jusqu’à l’entrée du canal de la mangrove. Une fois arrivés à Ambotskibotsky où ils me déposent, je marche environ 30 minutes dans la lisière entre la forêt épineuse et la forêt de mangrove avant de finalement arriver à Honko, où je m’étends sur le canapé, brûlée.

Si vous avez la chance de séjourner dans cette magnifique région, le parc Reniala et les tours de pirogue sont des activités abordables, facilement accessibles et qui permettent de passer des moments mémorables tout en appréciant la faune et la flore unique de cette région de Madagascar.

Advertisements
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s